Le site de l'Acrimed (ACtion-CRItique-MÉDias) observe et analyse les médias depuis 1996. Il faut dire qu'il y a de quoi faire... En ces temps de campagne électorale, le constat est sévère : un article collectif, "Entre deux tours (2) : Démocratie du lendemain", décortique les commentaires de la presse nationale et régionale au lendemain du 1er tour des élections présidentielles. L'article commence ainsi : "les Français ont bien voté, c’est une victoire pour la démocratie !  Quelle victoire ? Et quelle démocratie ?" Lisez la suite, elle est édifiante de lucidité. Sur le même site, "« J’ai une question à vous poser » : les journalistes politiques et les panélisés de TF1" s'interroge sur l'émission et son supposé panel représentatif des français. 100 français présents dans le studio, à peine la moitié ayant le temps de poser une question, est-ce sérieux ? Les questions concernant le plus souvent des cas plutôt corporatistes, a-t-on au final un moment de débat concernant une élection présidentielle ou bien un moment de questions-réponses bâclées où on court après le temps ? "Olivier Besancenot a pu répondre en 25 mn à 10 intervenants, Philippe de Villiers en 23 minutes 40 à 8, Marie- Georges Buffet en 32 mn 30 à 14, Dominique Voynet en 22 mn 20 à 8, José Bové en 24’30 à 9 intervenants. Dans tous ces cas, les intervenants « représentaient » un panel « représentatif » de... cent personnes", précise l'article. Quel intérêt et quel contenu à ce genre d'émission ? Un journaliste serait à même de contredire le candidat au cours d'un entretien, mais un citoyen est-il dans le même cas ? Surtout si sa question concerne le remboursement de ses soins de santé ou la retraite de son beau-frère !

Dans le temps, on entendait souvent dire que "si c'est dans le journal, c'est que c'est vrai". Dorénavant, c'est la télé qui dit la vérité. En conséquence de quoi, on se retrouve facilement à regarder des âneries qui n'ont ni queue ni tête, et surtout sur lesquelles on ne dispose d'aucun recul. On sait bien qu'à la télé, la vérité est chaud-brûlant, un clou chasse l'autre. Après Outreau, l'Irak, puis le Liban, puis la maman qui congèle ses bébés, puis... le tout dans un grand désordre. Le téléspectateur regarde, en prend plein les yeux sans pouvoir exercer son esprit critique.

C'est pourquoi il est bon d'avoir quelques avis un peu contraires, ou différents, ou réfléchis (cochez la case de votre choix) pour se forger une opinion.