C'est le coeur léger que nous avons rejoint les 23 copains dans notre gite préféré de La Chaise Baudoin vendredi dernier.
Dîner tranquille avec les premiers arrivés, soirée calme auprès des beloteux. Bref une soirée ordinaire.
Vers 22H30 le sommeil nous gagnant nous sommes montés nous coucher en nous disant qu'une bonne nuit nous ferait du bien pour affronter la rando du lendemain.
Ben oui mais c'était sans compter avec nos joyeux fêtards dont je ne donnerai que les initiales : D., E., I., Ch., etc, etc. Ils ne nous ont rien épargné, bruits de porte, éclats de voix, irruption dans le dortoir et dans les chambres ...... bref une nuit très ordinaire finalement.

Samedi matin après le petit déjeuner, préparation des sandwichs et direction Granville où nous attendait La Jolie France II et son équipage. On a attendu le facteur pour larguer les amarres. On allait sur une île, donc il faut savoir que le seul lien avec le continent, c'est le bateau. Approvisionnement, courrier et autre, tout passe par la navette.

Le temps était un peu frais, la mer en cour de démontage mais bon tout allait bien. Chacun s'est installé où il le souhaitait et notre joli bateau à quitté Granville avec un bande de 25 joyeux drilles à son bord. 23 ont fait la traversée en devisant gaiement et 2 nous ont fait "tableaux vivants" (les membres de la secte Leonardo comprendront). L'une avec sa demi baguette à la main, les lunettes de soleil vissées sur le nez, regardant droit devant elle. La seconde avec un teint légèrement verdâtre, le nez dans son écharpe, et tout à coup son estomac donnant aux poissons ce qu'elle avait mangé au petit déjeuner .

Une heure plus tard nous étions à Chausey, ravis de poser le pied sur la terre ferme. Nos malades retrouvèrent très vite le sourire.

La découverte de cette île fut un enchantement. Les quelques maisons nous faisaient penser à des cottages. Les bateaux dormaient tranquillement à l'abri de petites criques. Nous avons crapahuté quelques heures, montant et descendant des chemins dans la lande, escaladant des rochers et admirant des paysages époustouflants. Nous passions d'un versant doux et chaud de l'île à un autre venteux à décorner les cocus !

A marée haute, les îles sont peu nombreuses, à peine 4 ou 5. Mais à mesure que la mer descend se révèlent de nombreux rochers, si bien que lorsque la marée est basse, un paysage incroyable s'offre au regard : des rochers par centaines qui modifient complètement le paysage. On imagine le cauchemar des navigateurs...

La protection de la nature est un maître mot à Chausey et tout est mis en oeuvre pour que les promeneurs se plient aux règles mais sans impression de contrainte malgré tout. Nous avons eu la chance d'arpenter les lieux en une saison où les promeneurs ne sont pas légion. Il paraît que dès le printemps Chausey est envahi chaque week end. Annick nous a raconté que c'est bien la première fois qu'elle connaît l'île aussi calme et déserte. Elle y va régulièrement puisque c'est un lieu touristique couru. Nous nous sommes demandé comment les îliens peuvent supporter cet afflux touristique : tous les chemins mènent à une maison, souvent sans clôture. Les gens entrent dans les maisons ?

Nous avons aperçu quelques moutons noirs paissant tranquillement, des faisans et des poules faisanes se promenant tranquillement.

Une des particularités à Chausey est qu'il n'y a pas d'eau courante. Elle est apportée du continent par bateau et les eaux usées sont filtrées dans des roseaux avant d'être rejetées à la mer. Nous avons appris en partant samedi que le bateau rentrerait le lendemain vers 13h au lieu de 18h30, pour cause de tempête prévue. On imagine les gros temps qui durent plusieurs jours...

Le retour a été plus difficile, ils avaient démonté la mer, nos estomacs souffraient,  la ligne d'horizon nous fixions !!

Mieux que des paroles je vais vous laisser tranquillement regarder les photos de ces magnifiques paysages.

Nous avons dits au revoir à Danièle, Alix, Marie-Do, Guy, Eric, Roger, Chantal (2), Jasmine, Jacques, Michel, Pierrette, Annick, Claude, Céline, Didier, Martine, Christian, Daniel, Agnès, Isabelle, Josette, Annette, Daniel.

Nous nous sommes quittés le dimanche en fin d'après-midi, un peu tristes, en nous donnant rendez-vous l'année prochaine pour de nouvelles aventures mais cette fois chez le Chtis.