Pour la reprise de ses activités, l'association Ulysse a le grand plaisir d'accueillir Serge Portelli, magistrat, vice-président au tribunal de grande instance de Paris et auteur de plusieurs ouvrages sur le droit, la justice et la politique, dont le dernier, Juger.
 
La campagne présidentielle met au premier rang des débats la sécurité, le rôle de la justice et la police : jurées en correctionnelle, l’engagement des magistrats contre les conditions de la garde à vue, ou sur le placement psychiatrique. Qu’est-ce que juger ? Que pèse le juge face à la doctrine sécuritaire qui s'étend de jour en jour ? A-t-on besoin de lui pour tenir la promesse d'une sécurité absolue, pour appliquer le principe de précaution aux hommes ? S'il faut repérer au plus vite les futurs " déviants ", contrôler et ficher tous les suspects, enfermer systématiquement et le plus longtemps possible les " hommes dangereux ", à quoi bon un juge indépendant ?
 
La justice sécuritaire n'est alors qu'un simple maillon dans une " chaîne de sécurité ", allant de la police à la prison. Dans une société du risque zéro, le juge, à vouloir trop comprendre, devient un risque.
 
Il est encore temps de résister à la peur et à la démagogie. Il est encore temps de revenir à l'homme, de redonner du temps à la justice pour remplir le rôle qui doit être le sien dans une démocratie. Juger, ce métier improbable, devient alors possible et même indispensable, pour que les droits de l'Homme deviennent une réalité et les libertés une exigence.
café philo